logo-original-272×150-negatif

Gani Jakupi

Exposition-ventes de planches originales de l’album « El Commandante Yankee » du dessinateur Gani Jakupi.

Date

Vernissage jeudi 2 mai à partir de 18h00

En présence du dessinateur

Dédicace des albums achetés sur place

Tirage Luxe spécialement édité à 200 exemplaires pour PerspectivesArt9 avec XL exclusif !

Prix

Gratuit

Réservations

Réservez votre album en cliquant ici

Lieu

Grand-Rue 24, Genève, Suisse

Ce qu’en dit l’éditeur: Son nom ne vous dit peut-être rien : William Alexander Morgan. Pourtant, en prenant parti pour les rebelles, il devint une figure majeure de la révolution cubaine, le seul comandante non cubain avec le célèbre « Che » Guevara. Ancien soldat américain, « Yankee » combattant pour la cause de Fidel Castro et les valeurs démocratiques du Segundo Frente, son implication le mènera à participer activement aux conflits avant que les bouleversements politiques ne coupent court à ses convictions.

Au fil de plus de dix ans de recherches à recueillir les témoignages d’acteurs privilégiés de la révolution, tels que le commandant en chef du Segundo Frente Eloy Gutiérrez Menoyo en personne, à étudier les textes sur le personnage et à explorer les lieux habités par la rébellion castriste ? obtenant ainsi des documents inédits à ce jour ?, Gani Jakupi a tiré la matière nécessaire à ce véritable roman graphique, ainsi qu’il le souligne lui-même.

Au-delà de ce portrait des plus fidèles, Jakupi retrace ici un pan entier de l’histoire de Cuba au coeur de cette période trouble de la révolution : le quotidien des guérilléros, les antagonismes idéologiques, les coups d’éclat et d’État, tout ce qui imprègne cette île des Caraïbes incarnée par ses symboles.

« El Comandante Yankee » est, plus qu’une biographie unique, une fresque inédite sur une période historique cruciale.

Gani Jakupi réalise sa première BD, publiée dans un magazine de son Kosovo natal, à 13 ans.

Au début des années ’80, il s’installe en France, et écrit le scénario de la trilogie « Matador » (Glénat, 1991-1994), dessinée par Hugues Labiano. Faute d’atomes crochus avec son éditeur, il s’éloigne de la BD et exerce de différents métiers : traducteur, journaliste, designer, maquettiste, régisseur de théâtre, etc. En 2005, il monte la « MusicCollection » (des livres qui combinent BD, critiques musicales et CD) pour un label discographique de Barcelone (DiscMedi), dans laquelle il réalise lui-même quatre titres. Louis-Antoine Dujardin, éditeur de chez Dupuis, le rencontre dans un salon de BD à Barcelone et le convainc de re-publier en France.

Il écrit et dessine « Le roi invisible » (2009) et « Les amants de Sylvia » (2010), publiés par Futuropolis. L’historien Pascal Ory cite « Les amants de Sylvia » comme une oeuvre de référence sur le thème du complot pour l’assassinat de Trotsky, selon lui plus complète et plus précise que celle de Jorge Semprun ou du cinéaste Joseph Lose. Il adapte son propre polar « Día de gracia » (SIMS, 2001), sous le titre « Jour de grâce » (Dupuis, 2010), avec Marc N’Guessan au dessin.

Il évoque son expérience comme journaliste dans « La dernière image » (2012, coll. Noctambule, Soleil). Une réflexion en BD sur les manières de recueillir et de traiter l’information, appuyée par un dossier d’interviews avec des personnalités de la profession : le directeur adjoint d’Associated Press Santiago Lyon, le photographe Ron Haviv, le reporter Christophe Châtelot, etc.

En 2014, « Retour au Kosovo », une douloureuse évocation des premiers mois d’après-guerre au Kosovo du 1999, avec Jorge González au dessin, voit le jour dans la collection Aire Libre (Dupuis).

Un diptyque avec Marc N’Guessan (« Sertao, ou la fin des temps ») pour Dargaud, et une série (« Barcelona ! »), co-scénarisée par Denis Lapière, et dessinée par Rubén Pellejero et Eduard Torrents, pour Dupuis, sont en chantier. D’autres collaborations (avec Thomas Campi, Maël, Martín Pardo, Leila Marzocchi…) sont en préparation.

Côté dessin, il travaille sur le diptyque « El comandante yankee » (programmé pour le printemps 2015 (Aire Libre)). Il prépare également un projet en collaboration avec le cinéaste iranien Mohsen Makhmalbaf.

Le café des idées, association grecque sous le haut patronat de l’UNESCO, l’a récompensé pour l’ensemble de son oeuvre avec le prix Alexandre le Grand.

Côté musique, il publie deux albums de jazz, « Aldea » (2012) et « Kismet » (2014) avec sa Gani Jakupi Connections, une formation jazz à « géométrie variable ». Il y collabore avec des musiciens venus des quatre coins du monde (Argentine, Brésil, Venezuela, Espagne, Iran, Turquie, Grèce, Kosovo, Moldavie…), dont des pointures comme le trompettiste Raynald Colom, le bandonéoniste Marcelo Mercadante ou le pianiste José Reinoso.

 

©Editions Dupuis

Exposition-ventes de planches originales de l’album « El Comandante Yankee » du dessinateur Gani Jakupi.

Vernissage jeudi 2 Mai 2019 à la galerie PerspectivesArt9 en présence du dessinateur.

Pour plus d’informations, veuillez nous envoyer un email en cliquant ici en nous indiquant vos nom, prénom, adresse, email et numéro de téléphone.

Librairie

Acheter cette bande dessinée en ligne en cliquant ci-dessous

Galerie Photos

Galerie Photos

Contactez-nous

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Not readable? Change text.